Présidence : une «sélection nationale» pour les résidences

    Maëlle Reymond

    «Je souhaite engager l’État, en collaboration avec les collectivités territoriales, pour que la France retrouve une place majeure comme source de reconnaissance et d’inspiration pour les artistes du monde entier, en travaillant dans un premier temps au soutien aux artistes par les résidences». Emmanuel Macron, par une lettre du 7 juin, a confié une mission de réorganisation des résidences artistiques à Thierry Tuot, président du conseil d’administration de la Villa Medicis et des Ateliers Médicis Clichy-Montfermeil. Il est chargé d’organiser un «système coordonné de concours» qui centralisera les candidatures avant d’attribuer aux lauréats une résidence, en fonction de leur projet. Il mettra en place une politique de résidence à l’étranger et sera aussi chargé de coordonner la politique des collectivités dans ce domaine, en veillant à distinguer entre les résidences dédiées à la jeune création et celles tournées vers des artistes confirmés. Thierry Tuot, «en lien avec le ministère de la Culture», va commencer par établir une «cartographie des résidences publiques et privées», avant de proposer un «système national de sélection». Le conseiller d’état va aussi mener une étude spécifique sur la Villa Médicis de Rome, et proposer un programme pérenne pour les Ateliers Médicis de Clichy-Montfermeil «dans le cadre du budget qui peut lui être consacré par le ministère de la Culture». Le président de la République prend la main sur une prérogative du ministère de la Culture, avec un geste recentralisateur puisqu’il s’agit d’unifier les processus de sélection, au nom de la transparence et du rayonnement de la France. Le compte rendu de mission de Thierry Tuot est attendu le 10 septembre par l’Elysée. La CGT-Spectacle a réagi : «En filigrane, le président propose la création d’une structure externe qui gérerait directement, à la place du ministère de la Culture et des DRAC sur le territoire, les 7 millions d’euros consacrés aujourd’hui au dispositif (dont 5,5 millions pour le spectacle vivant). Est-ce un signal qui annonce un futur démantèlement du ministère ? Cette lettre de mission a été envoyée au moment où le ministère de la Culture a lancé une concertation des organisations syndicales de salariés et d’employeurs sur une charte pour l’accueil des artistes en résidence. Tout ceci n’est qu’une mascarade !»

     

    Yves Perennou

    Légende photo : Maëlle Reymond aux Ateliers Médicis Clichy-Montfermeil qui ont ouvert un lieu le 7 juin

    Crédit photo : Gérard Vallet

    En partenariat avec La Lettre du Spectacle n°432.