Bienvenue sur le site de référence des professionnels du spectacle et des acteurs culturels

Découvrez nos parutions et l'actualité professionnelle du monde du spectacle.
Il est 07:52 à l'Auditorium du Louvre
Home À la une InfosScènes Les arts du mime et du geste gagnent du terrain
buzz twitter facebook
PDF Imprimer Envoyer
InfosScènes

Les arts du mime et du geste gagnent du terrain

Avec la deuxième édition de la Biennale des arts du mime et du geste, les professionnels de ce secteur entendent franchir un pas dans la reconnaissance d’une identité propre à leur discipline. Du 8 novembre au 17 décembre, la biennale est structurée autour de propositions de spectacles de compagnies et de lieux partenaires, du festival Mimesis (du 7 au 10 décembre à l’IVT - International Visual Theatre, à Paris) et de rencontres entre artistes, professionnels et public organisés par le Collectif des arts du mime et du geste. Il rassemble une cinquantaine de compagnies, est coprésidé par Luis Torreao, Elena Serra et Sebastien Loesener. C’est une structure proche du GLAM (Groupe de liaison des arts du mime et du geste).

«En parlant de façon collective, la volonté des membres est la reconnaissance d’une discipline qui fait partie du théâtre», formule Elena Serra, coprésidente, artiste et pédagogue (compagnie Mime de Rien). Au sein du collectif elle s’intéresse au chantier pédagogique, à la nécessité d’un apprentissage spécifique pour l’écriture dramatique corporelle. «Nous avons réussi à attirer l’attention du conservatoire national d’art dramatique qui accueillera une journée pédagogique pendant la biennale, avec le professeur Yvo Mentens», se félicite-t-elle.

La visibilité institutionnelle progresse, en témoignent l’attribution d’une subvention du ministère à la biennale (10 000 euros), ou le conventionnement (officiel depuis cet été) de la scène l’Odyssée à Périgueux, dirigée par Chantal Achilli. Elena Serra insiste sur l’effort militant pour élargir l’image parfois stéréotypée du mime dans l’esprit du public et dans la pratique artistique : «Une nouvelle génération se sert de tous les acquis et réinvente le corps dramatique, insiste-t-elle, mais il nous manque à Paris un centre de formation et de création, en plus de ce que fait Chantal Achili à Périgueux

(En partenariat avec La Lettre du Spectacle du 20 octobre 2017)

Légende photo : Une partie des membres du collectif des arts du mime et du geste. Crédit photo : D. R.