Bienvenue sur le site de référence des professionnels du spectacle et des acteurs culturels

Découvrez nos parutions et l'actualité professionnelle du monde du spectacle.
Il est 12:44 à l'Espace Boris Vian
Home À la une InfosScènes Sète attire les festivals
buzz twitter facebook
PDF Imprimer Envoyer
InfosScènes

Sète attire les festivals

Le festival Convenanza, créé en 2013 à Carcassonne (11), déménagera pour sa cinquième édition au Théâtre de la Mer, à Sète (34), les 22 et 23 septembre. Il clôturera l’intense saison de festivals de cet amphithéâtre. François Commeinhes, sénateur-maire de Sète, avance : «Ce n’est pas vraiment le maire ou l’adjointe à la culture qui décide d’une politique culturelle. Elle est le fruit de nos rencontres avec des porteurs de projets. De mai à septembre, quinze festivals et 80 concerts ont lieu au Théâtre de la Mer.» En 2016, le lieu a accueilli 220 000 spectateurs payants, 10% de plus que l’année précédente. La Ville met à disposition cet espace en plein air, du personnel et elle subventionne la plupart des manifestations. Ce ne sera pas le cas de Convenanza. Son directeur artistique, Bernie Fabre, explique : «Nous avons quitté Carcassonne car la Ville a baissé ses subventions aux associations et facture désormais le matériel municipal. Notre décision de déménager a été trop tardive pour bénéficier d’une aide financière de la Ville de Sète. Mais nous gagnerons la mise à disposition du Théâtre de la Mer.» la jauge va passer de 1 400 à 1 600 personnes. Depuis 2016, le producteur sétois Snapshot organise le festival My Life, en plus du Worlwide Festival qui fêtera sa douzième édition cet été. Comme Convenanza, ce dernier a été initié par un DJ britannique, Gilles Peterson, ce qui assure à Sète une importante fréquentation étrangère. «Une population à fort pouvoir d’achat qui reste avant et après le festival», confie Bernie Fabre. La jauge du Théâtre de la Mer est limitée, il a été envisagé de l’augmenter, mais au risque de dénaturer ce lieu exceptionnel. 

Nicolas Dambre

(En partenariat avec La Lettre du Spectacle du 9 juin 2017)