Bienvenue sur le site de référence des professionnels du spectacle et des acteurs culturels

Découvrez nos parutions et l'actualité professionnelle du monde du spectacle.
Il est 14:10 à l'Echangeur à Bagnolet
Home À la une InfosScènes Alain Surrans réunit le lyrique d'Angers-Nantes et Rennes
buzz twitter facebook
PDF Imprimer Envoyer
InfosScènes

Alain Surrans réunit le lyrique d'Angers-Nantes et Rennes

 

Alain Surrans va succéder à Jean-Paul Davois à la direction d’Angers-Nantes Opéra (ANO), en fin d’année. Il dirige depuis 12 ans l’Opéra de Rennes et son projet répond à l’attente des élus d’une mutualisation des deux maisons d’opéra. Interrogé par la Lettre du Spectacle, il confirme qu’il quittera la direction de l’Opéra de Rennes, mais que sa mission est de construire une programmation lyrique commune. «Il y aura un recrutement à Rennes de quelqu’un qui ne chapeautera pas la production lyrique», précise-t-il, mais sera davantage sur l’action culturelle et l’accueil de propositions complémentaires. «Entre Angers-Nantes et Rennes, avec Jean-Paul Davois, nous avons déjà travaillé dans cet esprit, nous avons modélisé des échanges de productions, poursuit Alain Surrans. Je voudrais mettre en valeur l’originalité de chaque pôle : Nantes est le vaisseau amiral, siège de la force permanente du choeur, le plus ancien des théâtres, avec la plus grosse contribution. C’est l’endroit où il doit y avoir le maximum d’effort de production. Angers est intéressant à divers titres comme sur le spectacle pour enfants, l’action culturelle. Rennes est avancé sur les nouvelles technologies, l’audiovisuel et la capacité à créer des projets de tournée... De plus, au Théâtre Graslin de Nantes, en dégageant du temps de production, on va ouvrir du temps pour la programmation. » En fin d’année, les villes de Nantes, Angers et Rennes ont décidé de financer une étude sur le rapprochement institutionnel de leurs maisons d’opéra. Reste à éclairer le volet financier. En septembre, la Ville d’Angers envisageait de diviser par trois sa contribution financière à Angers-Nantes Opéra, de 1,5 à 0,5 million (La Lettre du Spectacle du 7 octobre 2016). L’incertitude demeure sur son engagement à long terme. 

Yves Pérennou

(En partenariat avec La Lettre du Spectacle du 17 mars 2017)