Bienvenue sur le site de référence des professionnels du spectacle et des acteurs culturels

Découvrez nos parutions et l'actualité professionnelle du monde du spectacle.
Il est 14:14 à l'Echangeur à Bagnolet
Home À la une InfosScènes SMAC : l’Assemblée relève le plancher
buzz twitter facebook
PDF Imprimer Envoyer
InfosScènes

SMAC : l’Assemblée relève le plancher


Le 16 décembre, l’Assemblée nationale a adopté en séance plénière un amendement qui remonte le financement plancher des scènes de musiques actuelles de 75 000 à 100 000 euros. Un mois plus tôt, le député Hervé Féron (PS) avait soutenu un projet d’amendement qui mettait la barre plus haut (150 000 €). Il avait été repoussé, le ministère de la Culture invoquant le coût excessif de cette mesure (1,5 M€). «Nous avons pu expliquer par la suite au député Hervé Féron les difficultés d’accès aux aides à la résidence de la part des SMAC, sous prétexte que nous avions déjà, en principe celle du CNV», explique Aurélie Hannedouche, déléguée générale du SMA (Syndicat des musiques actuelles). Le député est revenu à la charge, réussissant à convaincre une quarantaine de confrères sur un nouvel amendement réduit à 110 000 €. Finalement ramené à 100 000 €, il a été défendu par Jean-Marie Beffara (PS) en séance, contre l’avis du gouvernement. Avant cette nouveauté, le projet de loi de finances 97 prévoyait un total de 11,7 millions d’euros de crédits d’état pour les scènes de musiques actuelles (dont 14 en cours de conventionnement), ce qui donne une moyenne de subvention de 121 000 €. Le montant minimum est de 75 000 € et le maximum de 350 000 €. Une quarantaine de SMAC sont actuellement en dessous de 100 000 € et une vingtaine se situent à 75 000 € ou un peu plus. L’augmentation entraînera une dépense supplémentaire d’un million pour le budget du ministère, financée, a-t-on compris dans la discussion parlementaire par un transfert de crédits non consommés dans le patrimoine. Le nouveau chiffre devrait donc figurer dans l’arrêté SMAC joint au décret sur les labels nationaux à paraître en janvier. Ce qui n’avait pu être obtenu par la concertation entre les services du ministère et les syndicats professionnels, l’a été à l’Assemblée nationale, un cas rare dans le domaine du spectacle vivant. «C’est une belle victoire pour les SMAC», se félicite Aurélie Hannedouche.

Yves Pérennou

(En partenariat avec La Lettre du Spectacle du 6 janvier 2017)