Bienvenue sur le site de référence des professionnels du spectacle et des acteurs culturels

Découvrez nos parutions et l'actualité professionnelle du monde du spectacle.
Il est 07:52 à l'Auditorium du Louvre
Home À la une InfosScènes Réforme annoncée au CNV
buzz twitter facebook
PDF Imprimer Envoyer
InfosScènes

Réforme annoncée au CNV

 

Lors de son passage au Midem, la ministre de la Culture a annoncé sa volonté de «doter la musique d’un outil au service de toute la filière». Son intention est de réformer le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), établissement public centré sur le spectacle musical. L’objectif serait qu’il gère pour la «filière» une nouvelle ressource financière. Celle-ci serait issue d’un «élargissement de l’assiette» de la taxe sur les services de télévision (TST) aujourd’hui payée par les fournisseurs d’accès Internet et qui finance le cinéma. Mais il n’est pas question d’alourdir la pression fiscale sur ceux qui la payent déjà.

Par ailleurs, Aurélie Filippetti l’a promis, la musique ne captera pas de financements destinés au cinéma. Il faudra donc de nouveaux financeurs. On pense à Google et sa filiale Youtube, devenue un canal d’accès à la musique pour beaucoup de jeunes. La ministre n’a pas précisé davantage. Le Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs et salles de spectacle) s’est réjoui de l’annonce, tout en insistant sur «la nécessité de ressources nouvelles». L’Union des producteurs phonographiques français indépendants (UPFI) s’est aussi félicitée, retrouvant ainsi l’espoir de sauver «une production musicale devenue structurellement déficitaire», selon ses termes.

La réforme envisagée par la ministre conduira à faire une place à la musique enregistrée dans la gouvernance du CNV composée, aujourd’hui, d’un conseil d’administration de 32 membres, d’un comité des programmes et d’un conseil d’orientation. Par ailleurs, la ministre espère aussi obtenir le déplafonnement des recettes de la taxe fiscale attribuée au CNV. Ce plafond a été réduit de 27 à 24,3 millions par la loi de finances 2014. Un signe contradictoire avec la volonté de donner un nouvel essor au CNV.

Yves Pérennou

(En partenariat avec La Lettre du Spectacle)

///Photo : D. R.